Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Objectifs de ce blog


Grâce à ce blog, notre objectif est de faciliter la mise en réseau entre l’ensemble des acteurs de la formation "BP REA saliculture" qu'ils soient formateurs, intervenants, stagiaires (actuels et anciens), membres du conseil de perfectionnement, maîtres de stage et professionnels des différents sites… 

Recherche

Nous contacter

Si vous souhaitez des renseignements sur la formation sur le BP REA Saliculture, veuillez joindre le centre de formation: Direction Emploi-Formation  de la Chambre d'Agriculture au 02 53 46 60 53 ou contacter le coordinateur de la formation par courriel frederic-miche@orange.fr

 

Liens

18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 13:45

Vendredi 6 mars à La Turballe, la formation saliculture du centre de formation de la chambre d'agriculture de Loire-Atlantique a ouvert ses portes aux candidats intéressés par le métier de producteur de sel.

Comme chaque année, beaucoup de personnes intéressées se sont déplacées.

Nous avons présenté les objectifs de l'année de formation.

Le contenu de la formation part des besoins identifiés du saliculteur aujourd'hui.

Être producteur c'est être au centre de nombreuses problématiques, c'est à la fois avoir des aptitudes techniques, être capable de faire des choix de gestion, de stratégie de production et de commercialisation, mais également être en alerte sur la gestion du territoire...

Le  producteur maitrise de multiples compétences

Le producteur maitrise de multiples compétences

Sandrine, a fait un point précis sur les aspects administratifs de l'entrée en formation, les conditions d'inscription, les critères de recevabilité ainsi que les financements lors de cette année particulière.

 

Des représentants professionnels, à la fois au titre de syndicats (Benoît, Sylvain et Simon) ou de structures de commercialisation (Paul et Sylvain),  ont complété la présentation et confirmé l'implication de la profession dans la formation. Dans cette représentation, de jeunes installés ont témoignés de leurs expériences et de leur parcours d'installation. Un dialogue s'est instauré, permettant aux postulants d'éclaircir leurs questionnements.

une assistance attentionnée

une assistance attentionnée

Pour finir, les participants ont été invités à partager un verre, l'occasion pour les candidats de rencontrer les différents professionnels et les formateurs, Laurent pour les aspects techniques et Frédéric pour les aspects plus généraux.

 

Frédéric Miché, formateur.

 

Les dossiers d'inscription sont à retirer à:

Chambre d'agriculture 44, rue Adolphe Bobierre, La Géraudière, 44939 NANTES cedex 9

Tel: 02.53.46.60.53.

Les dossiers sont à rendre à cette adresse avant le 31 mars 2015.

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 14:42

Conçue comme une approche d'une activité de production primaire voisine de la saliculture, cette semaine de formation a pour but de connaitre et comprendre un métier qui utilise la même matière première que le saliculteur et qui est souvent un voisin sur le territoire.

Nous privilégions l'étude de la conchyliculture, puisque c'est la production aquacole la plus développée sur le littoral Atlantique.

Des phases de formation se réalisent en salle, pour aborder entre autre les enjeux environnementaux et les paramètres de biologie des coquillages.

Très rapidement, nous allons sur le terrain voir et observer les élevages, sentir le milieu de production.

sur les concessions de Pen-Bé, collecteurs de naissain naturel

sur les concessions de Pen-Bé, collecteurs de naissain naturel

Comment comprendre un métier sans rencontrer les producteurs!

La presqu'île de Guérande est riche en diversité de productions.  Le traict du Croisic, premier secteur de production de coques en France, noous a dévoilé une production traditionnelle qui a su s'adapter aux nouvelles conditions de production en intégrant pleinement la mécaanisation des différentes phase de production. Rencontre avec quelques producteurs, Gilbert Le Bihan et Frédéric Buino qui récoltaient respectivement leurs coques et palourdes.

de l'autre côté du talus, les aquaculteurs!

Une filière de production ne peut pas s'envisager sans les phases amont et aval.

Pour ce qui est de l'approvisionnement des exploitations conchylicoles, nous avons fait le tour des différentes possibilités.

La pêche de naissain par les dragueurs de coques de Pénestin et le captage des moules sur les cordes à Pont Mahé ont été décrits par les professionnels rencontrés. Nous avons observé les collecteurs de naissains d'huîtres observés à Pen-Bé.

Pendant une journée nous sommes allés sur le polder des Champs à Bouin en Vendée pour visiter une écloserie de coquillages. Ce fut l'occasion de rencontrer Jean-Yves Legof passionné de son métier. Là, la conchyliculture sort des productions primaires extensives et intègre les notions d’élevage intensif ou les aspects techniques et biologiques se mêlent.

loin des parcs et des conditions d'élevage en mer ,l'écloserie  de coquillages en milieu contrôlé.

loin des parcs et des conditions d'élevage en mer ,l'écloserie de coquillages en milieu contrôlé.

Nous avons décrit les enjeux de la commercialisation des coquillages. Les obligations réglementaires de mise sur le marché, les aléas sanitaires du milieu de production, mais également l'évolution d'un marché fragile ont été longuement discutés.

 

Pour finir notre périple en Vendée, et en Aquaculture, nous avons été reçus par Monsieur Jean-Paul Braud de la société Innovalg, personnage passionné, il nous a fait entrer dans un monde étonnant de technicité et d’expertise scientifique. Cette ferme aquacole produit des microalgues en bassins pour alimenter l'agroindustrie et les industries pharmaceutiques et cosmétiques. A des lieux des productions traditionnelles, nous avons été enchantés de cette découverte.

 

 

Frédéric Miché

production de microalgues en bassins

production de microalgues en bassins

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 16:21

Compte rendu de la rencontre avec Guillaume Gélineau de Bretagne Vivante des 9 et 10 février 2015.

La matinée du lundi a été consacrée à la découverte (en salle) de la diversité biologique du marais, des micro algues au paludier en passant par la larve de moustique.

que de vie dans le marais!que de vie dans le marais!que de vie dans le marais!

que de vie dans le marais!

L'après midi, nous nous sommes retrouvés à Terre de Sel pour faire des prélèvements à l'épuisette dans différents bassins afin de récolter des échantillons de la biodiversité du marais et de les observer à la loupe binoculaire en salle.

Et les p'tits oiseaux dans tout ça!

La journée du mardi fut dédiée aux différentes espèces de vertébrés tétrapodes ailés qui peuplent le marais, leurs périodes de présence, leurs parcours de migration. Cela fut suivi d'un après-midi d'observation à la longue vue sur le traict du Croisic, et dans des vasières à La Turballe et à Trevaly, nous avons, entre autres, pu observer des bernaches, des avocettes, des hérons, des huîtriers pie et des cormorans. Signe que nos marais sont accueillants !

Et les p'tits oiseaux dans tout ça!Et les p'tits oiseaux dans tout ça!
Et les p'tits oiseaux dans tout ça!

Ces deux journées furent aussi l'occasion de parler de nos pratiques professionnelles et de leurs conséquences sur le milieu et la biodiversité. Guillaume Gélineau a insisté sur les effets positifs de la gestion en eau des vasières pendant l'hiver et sur le maintien de lieux de nidification sur les talus sur les populations d'oiseaux. Pensons aux gorges bleues à miroir blanc de Nantes !

Les stagiaires du BPREA SALICULTURE 2014/2015

une formation à ciel ouvert, en bottes et qui voit loin!

une formation à ciel ouvert, en bottes et qui voit loin!

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 21:24

Après un début de formation en ordre dispersé, certains stagiaires sont à Nantes pour suivre des cours de math, de sciences et d’informatique, et les autres sont sur le terrain avec leur maitre de stage, le groupe s’est reconstitué les dernières semaines de janvier.

Ces dernières semaines nous avons commencé à envisager l’installation à venir. 2015 sera une année particulière avec la mise en place des nouvelles modalités d’attribution d’aides à l’installation. La région devient le gestionnaire de ces aides, des incertitudes restent à lever sur les modalités d’attribution et sur les volumes accordés.

C’est dans ces conditions que Bernard Couronné a introduit le travail que les stagiaires auront à réaliser pour établir leur projet d’installation. De jeunes installés sont venus évoquer leurs expériences et ont répondu aux questions et inquiétudes des futurs exploitants.

Des représentants du GFA sont invités à présenter leur organisme et ses objectifs. Les problèmes de l’accession au foncier sont longuement discutés avec François Lecallo et Véronique Lefeuvre. L'accession au foncier est un enjeu primordial, le resituer dans l'histoire récente est très instructif et témoigne de la détermination de certains producteurs.

Morgane Warion et Gwénolé Blouin témoignent de leur expérience d’installation

Morgane Warion et Gwénolé Blouin témoignent de leur expérience d’installation

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 15:47

Après quelques semaines où le groupe de stagiaires a été dispersé, qui sur les salines de son tuteur ou de son maître de stage, qui en formation en mathématiques, en informatique ou encore en sciences, aujourd’hui, non contents de se retrouver, ils ont réintégré l’ensemble des stagiaires en formation BPREA de la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique.

éleveurs, maraîchers, saliculteurs regroupés pour une semaine.

éleveurs, maraîchers, saliculteurs regroupés pour une semaine.

Connaître la diversité des systèmes de productions, essayer de comprendre les objectifs des producteurs qui développent ces systèmes est l’enjeu de cette semaine de formation. La semaine se déroulera à la fois en salle, et à partir de visites sur le terrain d’exploitations agricoles sur le secteur « sud Loire ».

L’ambition de cette semaine est double, d’une part être capable d’établir un diagnostic de développement durable d’une entreprise agricole, et d’autre part, être capable d’identifier les conditions de réussite pour cette année de formation.

travail en coopération par petits groupes.

travail en coopération par petits groupes.

J’en profite pour souhaiter une excellente année à tous !

Qu’elle soit le moment de découverte ou d’approfondissement d’un métier passionnant, qu’elle soit une année de transition qui vous donne la possibilité de belles rencontres et la possibilité d’expérimenter la coopération dans vos apprentissages !

Frédéric Miché

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 12:26

Trois semaines pour se mettre en bon ordre de marche, et entamer cette année de formation tambour battant !

Premiers jours consacrés à la découverte des marais salants de Guérande et du Mès, premiers aperçus de la diversité des sites.

stagiaires studieux!

stagiaires studieux!

Une semaine d’acquisition de connaissances sur le milieu que les stagiaires seront amenés à travailler : l’eau et sa richesse biologique.

peche de plancton sous contrôle de Morgane

peche de plancton sous contrôle de Morgane

L’eau comme fil conducteur dans la compréhension de son territoire et c’est la découverte des conflits d’usages et d’intérêts autour de la matière première du producteur de sel. Catherine Ponthoreau a souligné les enjeux importants pour le paludier et pour les zones littorales liés à la maitrise de la qualité de l’eau.

une goutte d'eau pleine de vie

une goutte d'eau pleine de vie

Un petit tour à Saillé accueillis par Michel Evain, la visite de la station météo et la conférence qui a suivi a permis de mieux comprendre le rôle de la météo dans la production de sel.

sale temps pour découvrir la météo!

sale temps pour découvrir la météo!

A Batz sur mer, un grand bol d’histoire a mis en évidence la longue histoire qui lie le sel et la presqu’île. Que d’étapes, que d’adaptations pour qu’aujourd’hui des producteurs puissent travailler à cette production de sel et soient fiers de leur métier.

autres temps, autres pratiques

autres temps, autres pratiques

En ces derniers jours de l’année, les stagiaires sont dispersés en fonction de leur planning individuel. Qui en entreprise pour pratiquer les travaux spécifiques d’hiver, qui en formation à la chambre d’agriculture de Nantes pour parfaire leurs connaissances en math ou en informatique.

Merci à tous les intervenants qui ont éclairé ces premiers jours de formation de leur passion !

Laurent, Morgane, Pierre, Catherine, Olivier, Geneviève, Michel, Gildas, Philippe, Jean-Claude, et Éric…

Frédéric Miché

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 14:18

1979-2014 voilà 35 ans que cette formation existe. Née de la volonté des producteurs, les paludiers participent toujours activement à la formation des futurs professionnels. Située à La Turballe à proximité des marais salants, cette formation est toujours basée sur la transmission des savoirs faire et nécessite donc cette proximité avec les producteurs.

Une particularité cette année est à souligner : sur les douze stagiaires, six sont guérandais, et cinq « seulement » sont de futurs coopérateurs. Ces derniers seront les dignes successeurs des fondateurs de la formation. Ce sont bien les producteurs qui sont à l’origine de la coopérative des producteurs de sel de Guérande qui ont voulu cette formation pour mieux structurer la transmission des savoirs et pour consolider les compétences d’acteurs efficaces de la filière.

Par cette formation cette profession est bien ancrée dans les métiers de l’agriculture. Elle a su à la fois se structurer et développer une niche commerciale de sels d’origine qui a aujourd’hui une place reconnue.

Parmi les sept autres stagiaires nous accueillons un paludier indépendant guérandais, une future productrice de sel du marais Breton(Bouin), deux sauniers de Noirmoutier, deux Rétais et un stagiaire qui se destine à produire du sel l’île d’Oléron. Pour ces candidats, futurs producteurs sur des sites éloignés, les formateurs ont conçu un planning qui permettra à ces stagiaires d’être présents et disponibles sur le terrain dès le mois de mars.

Une année passionnante se dessine. Nous pourrions par cette diversité des origines géographiques et par les choix de systèmes différents, confronter, analyser et conforter les choix de chacun.

Notre ambition : former des producteurs acteurs de leurs territoires, solides dans leurs projets, et capables d’être des professionnels responsables et impliqués dans leur filière.

bienvenue aux nouveaux stagiaires prêts à se jeter dans une année de formation

bienvenue aux nouveaux stagiaires prêts à se jeter dans une année de formation

comment accueillir les nouveaux postulants paludiers sans avoir une pensée pour les tout jeunes paludiers, frais diplômés!

Bravo à eux pour leur réussite aux épreuves, bonne chance pour leurs installations et bienvenue dans le monde des producteurs!

prèts à embarquer dans le monde des producteurs! toujours accompagnés de Bernard et Laurent.

prèts à embarquer dans le monde des producteurs! toujours accompagnés de Bernard et Laurent.

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 18:28

C’est la dernière semaine de stage, c’est la fin d’une année d’expérience sur le terrain, d’analyses de systèmes de production, de compréhension d’un métier. Autant de rencontres et de pratiques qui permettent aux stagiaires de préciser leur projet aujourd’hui.

Cette semaine permettra à chacun d’affiner son projet et de le présenter à ses collègues. Chacun évoque ses expériences pratiques, analyse sa saison et propose ses choix de production pour les années à venir. C’est l’ultime répétition avant les oraux qui valideront cette année par l’obtention, nous l’espérons, du Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole.

kévin finit de présenter son diaporama

kévin finit de présenter son diaporama

Travail studieux, avec une bonne écoute de chacun qui reflète bien l’ambiance d’une année de formation où l’on a pu noter un bon travail de coopération et d’accompagnement mutuel.

Pour ma part, et pour cette première année de suivi de stagiaires, je dois les remercier pour leur investissement dans la formation et la capacité de vivre ensemble en bonne intelligence.

Frédéric Miché

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 09:41

Quelques impressions de stagiaires à propos de leur stage d’été :

Du bon,

« Je suis satisfait de ce stage puisque j’ai pu faire du sel ! »

« Saison particulière qui m’aura beaucoup appris notamment sur la gestion de l’eau. Beaucoup de plaisir à la récolte de gros sel. »

« Une saison « technique », forcément formatrice ! Après un départ sur les chapeaux de roues avec les chantiers d’équipe, les cours théoriques et le déchargeage, il a fallu que je m’accroche en juin. Et pour conclure, les dernières prises de septembre m’ont permis de repratiquer les gestes de la récolte et de confirmer mon projet d’installation. »

et après une saison de production...

Du moins bon,

« Déçu de la production mais les années à venir seront, je l’espère plus salées ! »

« Dommage que la pluie se soit invitée, mais cela fait partie du jeu…j’aurais aimé passer plus de temps sur le marais car le plus gros reste à apprendre et j’ai « soif » de terrain »

De la sagesse,

« Au final, une saison « longue » de mi-juin à septembre ; avec de longues « pauses ». Donc un apprentissage de la patience et de la gestion de l’eau particulière ; mais un vrai plaisir de tirer du sel »

Partager cet article

Published by FormaSel
commenter cet article
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 17:32

« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle… » (Spleen de Charles Baudelair

 

 

ciel-bas-et-lourd.JPG

 

                                       Plus de 170 mm de pluie en deux mois, saison de spleen pour les paludiers…

 

 

Les stagiaires piaffaient d’impatience avant d’entamer le dernier stage pratique. Quelle belle récompense que de conclure une année de formation par une saison de récolte…La météo en a décidé autrement, la déception était évidente.

 

Les visites de stage viennent de se finir, je suis rassuré, nous avons, avec Laurent, rencontré des stagiaires bien sûr un peu frustrés de n’avoir pas produit plus de sel, mais philosophes, ils ont intégré l’aléa climatique comme paramètre de cette production vers laquelle ils s’orientent.

 

Mal menés par une météo capricieuse,  les nerfs ont été mis à dure épreuve. Il a fallu faire preuve de patience et de ténacité pour aller au bout de cette saison.

 

Malgré tout, cet été aura été formateur, en effet, une production a été possible en juin et juillet, les gestes de récolte ont pu être mis à l’épreuve, la compréhension du circuit d’eau et sa gestion ont pu être validées. La semaine prochaine, les bilans et les conclusions de ces neuf semaines seront tirés ensemble dans la salle de cours de La Turballe.

 

Partager cet article

Published by FormaSel - dans 2013 2014
commenter cet article