Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Objectifs de ce blog


Grâce à ce blog, notre objectif est de faciliter la mise en réseau entre l’ensemble des acteurs de la formation "BP REA saliculture" qu'ils soient formateurs, intervenants, stagiaires (actuels et anciens), membres du conseil de perfectionnement, maîtres de stage et professionnels des différents sites… 

Recherche

Nous contacter

Si vous souhaitez des renseignements sur la formation sur le BP REA Saliculture, veuillez joindre le centre de formation: Direction Emploi-Formation  de la Chambre d'Agriculture au 02 53 46 60 53 ou contacter le coordinateur de la formation par courriel frederic-miche@orange.fr

 

Liens

25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 11:30

Difficile, cette période où l’appel du marais est de plus en plus fort !

 

Et  pourtant, il faut encore se concentrer sur des apports théoriques.

 

Une semaine a été consacrée à l’organisation du travail, où les stagiaires ont pu rencontrer deux conseillers de la MSA. Deux aspects ont été développés, les cotisations sociales, aussi bien pour le chef d’exploitation que pour le volet salariat, d’autre part avec l’aide d’une conseillère les stagiaires ont ébauché un document unique de prévention des risques qu’ils devront finaliser d’ici la fin de la formation.

                                                           DSCF0267-copie-1.jpg

 

                               Sur ce volet prévention des risques, nous avons poursuivi la semaine avec  une dermatologue qui est venue nous sensibiliser aux risques d’exposition au soleil, moment de prise de conscience important qui doit entrainer des réflexes de protection : hydratation, crème solaire et chapeau trois éléments à ajouter à la panoplie du paludier. Gestes simples qui peuvent éviter de graves problèmes

 

                                                           DSCF0270

 

Pour finir, une approche ergonomique des gestes du métier a été proposée par un paludier et un Kinésithérapeute. L’objectif de cette séance est d’être capable de réaliser les gestes professionnels en économisant notre squelette. Après-midi sur le terrain où chacun s’est  mis en condition et  a pu analyser ses pratiques sur une saline sous l’œil averti et attentif du professionnel et du kiné.

Des apports simples adaptés aux pratiques qui ont bien mis en évidence qu’un capital essentiel du paludier est bien son corps !

DSCF0269.jpg

Repost 0
Published by FormaSel - dans 2013 2014
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 11:04

Après de bonnes semaines sur le terrain, la semaine qui commence est la dernière ligne droite avant la validation des acquis en comptabilité et droit.

 

Malgré une météo qui motive un travail sur le marais, les stagiaires sont concentrés sur les données économiques fiscales et juridiques. C’est volet important de la formation et de leur futur métier de producteur.

 

Bilan comptable, compte d'exploitation, EBE...droit rural, fermage e t métayage, bienvenue chez les business saliculteurs!

 

nouv-102.jpg

                                                          autour de Bernard Couronné, les stagiaires sont concentrés!

 

 

Le travail s’effectue en salle, à La Turballe, sous la houlette de Bernard et Michel, qui veillent à faire des apports théoriques toujours illustrés par des cas concrets.  

 

 Des outils informatiques adaptés à la production salicoles sont proposés, ils seront utiles pour les années de producteur qui se profilent.

 

Repost 0
Published by FormaSel - dans 2013 2014
commenter cet article
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 21:13

Journée chantier chez Cédric à l’ile de ré

 

Une journée chantier était prévue à l’ile de ré chez Cédric, un saunier coopérateur et très motivé.

Le chantier consistait à charger un pont de muant (fards) et de renforcer le chemin de sel où les sauniers ramassent leur récolte avec le tracteur. 

 

chantier-re.jpg

 

 

saline-re.jpg

 

 

Le chantier n’était pas trop compliqué bien que la chaleur nous a un peu fatigué, les lunettes et la crème solaire étaient au rendez-vous. L’ambiance était très bonne, tout le monde était détendu. La rencontre avec les rétais nous a permis de tester leur pelle locale : la Boguette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce chantier fut très agréable, le barbecue et le pineau bien mérités !!!

 

repos ré

 

merci Anthony pour ton témoignage sans tabou!

Repost 0
Published by FormaSel - dans 2013 2014
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 09:25

Séjour sur les marais de Bourgneuf, première étape après Guérande                                                

 

Nous avons pratiquement tous terminé l’habillage de nos salines. Départ de Guérande à 8h30 pour retrouver une partie de groupe à Bourgneuf-en-Retz. Nous entamons l’ucare adaptation des compétences avec un soleil au beau fixe et du vent de nord ouest frais.

 

P1040367.jpgLa première étape nous amène chez Emmanuel Violleau et Nathalie Lechat à la saline de Millac situé à Bourgneuf-en- Retz, place forte du commerce du sel avant l’envasement de la baie coiffée par un sillon de schiste, pierre qui caractérise le terroir. Le terroir, c’est le maître mot employé par notre hôte Mano. Paludier depuis 10 ans avec sa compagne, biologiste et embarquée dans l’aventure de la saline de Millac.

Nous avons été accueillis avec un passion et engagement par Mano sur la saline pour finir à la salorge. Impossible de tout dire ce que Mano nous a décrit, car sa passion est débordante : historique du marais, création de la saline, la commercialisation.

 

 

 

 

P1040370

 

D’une saline envasée et à l’abandon, Mano et Nathalie ont construit une saline productive de 58 œillets salants.

 

C’est 10 de travail qui porte ses fruits avec le temps. La passion anime le couple, et les moments difficiles sont une motivation de plus pour atteindre leurs objectifs : vivre de leur production en tant que paludiers et paludières indépendants.

 

 

Leurs compétences se complètent et se cristallisent autour de ce projet autonome de la mise en état à la vente au client.

 

 

 

 

Les compétences professionnelles œnologiques de Mano inspirent une recherche constante de l’élaboration d’un produit unique qui caractérise le terroir de Bourgneuf-en-Retz. « La minéralité du sel se retrouve dans la minéralité du vin ». Dans cette recherche d’être proche du terroir, Mano et Nathalie respectent les structures de salines guérandaises et noirmoutrines. Le Pays de Retz est en Bretagne historique mais les influences isloises noirmoutrines sont présentes. Dans la même saline, les structures en argile cohabitent et produisent du sel, « le cru de la saline de Millac ».

Production, mise en sac, commercialisation, charge graphique, recherche de nouveau produit : un travail construit sur le long terme avec la construction d’une salorge comme lieu de stockage et de vente, un employé à plein temps pour la vente et deux saisonniers pour le portage et la cueillette de la fleur. Le but de l’opération est de vivre dans un environnement sain, au grand air, avec des produits naturels et de sentir toujours en authenticité avec la démarche engagée.

P1040353

Cette première visite est de bonne augure pour la suite du séjour.

 

Merci Jean-Christophe pour ta prose!

.

Repost 0
Published by FormaSel - dans 2013 2014
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 14:39

 

le témognage d'Anthony sur ces deux semines de stage avec son maître de stage, Thierry Blanchard:

 

DSCF0102.jpg

 

deux semaines de stage, c'est une période cruciale de la formation, c'est  le temps de l'appropriation de sa saline de stage, le temps de la prise de contact entre deux hommes, le temps de la transmission des savoirs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


"Pendant mes deux semaines de stage pratique du 17 mars au 28 mars j’ai effectué toutes les phases de l’habillage des terrains de chauffe. Tout d’abord cela m’a permis de prendre connaissance de l’état de ma saline après l’avoir algie avec l’aide de mon maitre de stage. Ensuite nous avons commencé par habiller une de ses salines (La Trégondaine), puis la mienne (Pradvelin), pour finir avec La Tranche l’autre saline de Thierry.

Thierry BLANCHARD a décliné l’habillage en 3 opérations :

 

 

2014 0226

1.      L’adoublage

2.      Le boutage

3.      Le pontage

 

 

2014 0231

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2014 0243

 

 

 

 

 

J’ai pu réaliser toutes ces opérations les unes après les autres. Mon tuteur m’a apporté beaucoup de conseils techniques mais également des apports historiques du marais. J’ai profité de son expérience du métier pour comprendre et enrichir mes connaissances du milieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai également pris conscience de l’importance de la gestion de l’eau :

Ø  Algir

Ø  Gestion d’eau dans la vasière et gobier

Ø  Mettre à couler l’eau de pièces en pièces sur la saline

 

Le fait que mon maitre de stage gère les vasières de ses deux salines m’a permis d’assister aux prises d’eau et aux rayages. Des notions de plus à découvrir et cela m’a vraiment intéressé."

 

 

2014 0233

 

 

Bilan collectif

On a eu un temps idéal pendant notre stage pratique, cela nous a permis à tous de pouvoir découvrir le terrain et nos salines respectives. Le contact avec nos maitres de stage est satisfaisant, tout le monde a apprécié le travail à deux avec des paludiers expérimentés.

 

 

Merci Anthony pour ton témiognage.

Repost 0
Published by FormaSel
commenter cet article
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 09:03

 

petit materielDSC06298

 

Après un lundi "apports métier" passé sur les travaux de chaussage sur la saline ensoleillée de Laurent BOUINEAU Rostu, les 7 stagiaires de la promotion 2013-2014 BPREA Saliculture se sont retrouvés à Saint-Molf chez Michel COQUARD pour une journée-atelier consacrée à l'entretien courant du matériel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

stagiaires attentifs autour de Michel Coquard

 

 

Au programme: choisir et fixer un manche de boïette sur son fer, affûtage de la boïette et soudure d'un épaulement pour éviter de trancher la semelle de bottes ou de cuissardes (!!!), correction, entretien et montage des mailles de las ou de boutoué, entretien du corps de pompe et des brouettes à Gros Sel et fleur de sel, conception et entretien des clapets de réglage d'eau, découpage des ardoises d'inses, présentation des modèles de lousses à fleur et lousses à ponter (avantages, inconvénients potentiels et précautions d'entretien).

 

 

petit matos soudureDSC06309

                                                          renforcement de la boïette

 

Les 30 années d'expérience au Mès de Michel et des pauses café bienvenues sont venues agrémenter cette journée démarrée sous un ciel maussade. La fraîcheur et l'humidité de ces dernières journées de février sont plus faciles à supporter bottes aux pieds et à l'ouvrage dans les marais qu'en "statique", bloc-papier et crayon à la main mais la bonne humeur de la promotion et l'accueil de Michel ont vite réchauffé l'atmosphère !

 

 

ardoiseDSC06303

                                                         confection d' une ardoise de réglage

 

 

 

Merci encore Michel pour tes conseils et RDV bientôt aux marais !

 

Richard BLOURDE

 

Repost 0
Published by FormaSel
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 09:39

« Cette année le BPREA saliculture accueil un stagiaire de l’île de Noirmoutier ou l’activité salicole s’est développée à partir de la fin du 7ème siècle avec l'arrivé des moines bénédictins et notamment St Philbert. À l’époque l’île est constitué de 2 ilots distincts : l’ile d'Her (partie nord granitique et plaine agricole) et  l'ile de Barbâtre plus au sud (cordon dunaire). Les deux îles seront "raccordées" en 15 ans par des techniques de poldérisation et les marais salants seront construits en globalité en 150 ans.

 

 

npirmoutier herve

 

 

La technique d’exploitation sera celle de l’île de Ré jusqu'au 17ème siècle (cristallisoir de 25m² avec nourrice de la même dimension). Puis les propriétaires nantais, qui possédaient déjà des salines à Guérande, vont transformer et agrandir les cristallisoirs de Noirmoutier afin de payer moins d’impôts (calculé à l’époque sur le nombre de cristallisoirs).

 

Aujourd’hui 130 Sauniers exploitent 3000 œillets répartis sur 1200 hectares qui produisent en moyenne 2500 tonnes de gros sel et 90 tonnes de fleur de sel par an. Plus d’une centaine sont adhérents à la Coopérative de Sel de Noirmoutier. L'exploitation la plus grande compte 86 oeillets, la plus petite en compte 4.

 

La Coopérative de sel reçoit et sélectionne les candidats Sauniers afin de leur faire découvrir le métier et les orienter vers la formation qualifiante proposée par la Chambre d’Agriculture de Loire Atlantique.

 

Un accompagnement personnalisé est aussi apporté pour la recherche d’un maître de stage et la sélection d’un marais qui servira pendant la période de formation mais aussi comme future unité productive. Pendant la formation des rencontres et des chantiers collectifs sont organisés avec les professionnels de l'ile (indépendants et coopérateurs). La coopérative défends la formation auprès des financeurs avec les autres sites de production.

 

Les apprentis Sauniers noirmoutrins sont aussi accompagnés après la formation afin qu’ils réussissent leur installation et leur intégration sur l’île de Noirmoutier.

 

L’activité salicole de l’ile de Noirmoutier est aussi un atout touristique essentiel. L’organisation de visites dans les marais a un grand succès en période estivale ; une étude menée par la Communauté de Commune en 2013 auprès des estivants a montré que 76% des vacanciers avaient l’intention de visiter les marais et/ou d’acheter du sel lors de leur séjour sur l’ile de Noirmoutier.

 

 

fleur de sel noirmoutier hervé


La fleur de sel est déposée sur des tables en bordure de marais pour sécher naturellement au soleil." 

 

…. Et croyez le ou pas, certains Sauniers affirment que les marais salants noirmoutrins font gagner 4 à 5 jours par an de soleil en plus sur l’île au Mimosa. La présence des marais créée en effet une « voûte de chaleur » faisant obstacle aux dépressions et orages. Une étude météo couvrant une période depuis la fin du 19ème siècle jusqu’à nos jours montre que Noirmoutier reçoit 30% d'eau de pluie en moins que le continent pendant la période estival … d'où la qualité de sa pomme de terre! » 

 

 

 

marais les angibauds 005 0-1

 

 

 

Merci Hervé pour ton article

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by FormaSel
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 08:56

 

Un peu de poésie dans cette  semaine agriculture et société,  rapport de visite originale d'une exploitation salicole, vu d'un oeil d'un futur maraîcher!

 

 

 

 

 

Ode aux paludiers, à leurs techniques culturales

 

 

 

Sur le fond la technique est d'extrême importance

Car son application influe sur le milieu.

Pour la forme, excusez ma piètre performance,

C'est en alexandrins que je me prête au jeu...

 

Du vaste océan, pénètre à marée haute

L'eau, circule par l'étier jusqu'au fond des marais

Remplissant les vasières, les gobiers, les oeillets,

Et Newton vous dirait qu'elle s'écoule par sa faute;

 

Mais c'est le paludier qui ouvre le robinet...

 

Lentement ruisselant de l'amont en aval,

C'est de mars à avril que la saumure est formée

Sur 2 cm d'eau, le taux de salinité

Est huit fois supérieur qu'au large du littoral.

 

De juin à septembre se récolte le sel

Sous l'effet combiné de Hélios et d'Eole

Et c'est douze heures par jour qu'en surface et au sol

Les cristaux sont cueillis en fleur et en gros sel.

 

Par la louste et le las, outils rudimentaires,

Poussés sur les ladures, stockés sur les trémets

Honnis soit le tractopelle, ici tout est géré

A l'ancienne, les méthodes sont toutes vernaculaires;

 

Le savoir artisan a su défier le temps...

 

Le stockage en salorge pendant deux ou trois ans

Permet de voir venir les années difficiles

Le rendement est variable, fluctuant et oscille

Car soumis totalement aux aléas du temps.

 

50 kilos en moyenne par oeillet et par jour;

Pour 30 jours de récolte, je vous laisse calculer.

Mais déjà on arrive à la fin des beaux jours...

Entre automne et hiver, que fait le paludier?

 

Il surveille, il nettoie, prend soin de ses salines;

Vide l'eau, cure les fonds, retire algues et débris;

C'est une science ou un art, il doit la jouer fine

Pour pouvoir toujours mieux optimiser le débit.

 

Paludier ta technique est vraiment admirable

En douceur avec tact, tu exploites ton milieu:

Moitié terre, moitié mer, j'vois pas qui peut faire mieux,

Préservant les ressources et les rendant durables.

 

 

 

Merci CamilleDSCN2537

 

 

Repost 0
Published by FormaSel
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 07:57

 

La rentrée est déjà faite, elle a eu lieu le 27 novembre dernier avec une rentrée officielle à Nantes, à la chambre d’agriculture. Tous les stagiaires en formation agricole étaient là. L’ensemble du département était représenté, toutes les productions avaient des prétendants. C’est le moment pour les futurs paludiers d’intégrer le monde des productions primaires du territoire.

 

Cette année, petite promotion mais grande qualité…sont en formation, six guérandais, dont un destiné à une commercialisation en négoce, les cinq autres se destinant à être coopérateur, et pour finir, l’île de Noirmoutier est représentée par un stagiaire.

 

Les deux jours suivants ont été consacrés à la découverte des bassins de productions de la presqu’île Guérandaise : les marais salants de Guérande, le bassin du Mès. Deux jours avec Laurent Bouineau, référent technique de la formation.

Toujours dans l’esprit d’immersion dans un milieu et un métier, nous avons passé deux jours en groupe, à Beg-Meil dans le Finistère. L’objectif de ces deux journées était de découvrir le milieu marin : cette eau de mer qui sera notre matière première tout au long de notre vie d’exploitant, quelle vie renferme-t-elle ?

 

Là, grâce à Morgane Nedelec, et Pierre Mollo, nous avons récolté un échantillon d’eau de mer, puis, nous avons observé, décrit la vie planctonique que cachait cette goutte d’eau placée sous le microscope. Nos deux passionnés nous ont fait comprendre la grande diversité de vie qui constitue le plancton, la complexité de ce milieu, sa fragilité. Le lien avec notre métier c’est fait naturellement quand nous avons pu voir les spécificités des formes de vie planctonique du marais.

Dans le Morbihan, une association s’est constituée, CAP 2000, regroupant les différents producteurs primaires du littoral, les ostréiculteurs, les agriculteurs et les pêcheurs. L’eau étant l’élément qui les relie, les enjeux du foncier étant similaires, il était important que ces acteurs se rencontrent. Les premiers temps il a fallu se découvrir mutuellement, connaître les enjeux des uns et des autres, ensuite des propositions concrètes de pratiques professionnelles ont été engagées, garantissant une meilleur qualité de l’eau, pérennisant ainsi les trois professions. Pierre-Yves Roussel, le salarié de cette association a bien su nous montrer la nécessité de communiquer entre les différents acteurs d’un territoire pour réussir à faire progresser les comportements.

 

14 04 groupe BP09

                                                          Le groupe BP saliculture promotion 2013 2014

 

Repost 0
Published by Frédéric - dans 2013 2014
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 16:35

L’automne sonne la fin de la promotion 2012/2013 du BPREA saliculture.

 

Après la saison et l’immersion dans le m étier de paludier, les stagiaires ont réalisé leurs deux dossiers nécessaires à la validation de leur diplôme de brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole.

 

Les trois semaines de septembre n’ont pas été de trop pour finaliser ce travail. Se remettre à la rédaction après deux mois de travail manuel ; passer du travail physique en extérieur au travail en salle ; passer du « làs » au power-point, n’a pas été une mince affaire. Avec plus ou moins de précipitation en fonction des candidats, le travail a été réalisé dans les temps !

 

Les évaluations se sont déroulé les 2 et 3 octobre, avec succès pour tous les stagiaires.

 

 

C’est le moment de faire le bilan sur cette année écoulée de formation. Année de mise à l’épreuve de ses motivations, de confrontation d’un m étier espéré et de réalités économiques…mette son projet en chiffres, envisager toutes les hypothèses, se projeter dans une organisation, et prendre la décision qui engage : je m’installe, ou je ne m’installe pas !

Cette étape passée, ce sont les démarches de l’installation à proprement parler qui commencent, ou plus exactement qui continuent.

 

Nous souhaitons bon vent aux stagiaires qui seront « chefs d’exploitation » en 2014, qu’ils continuent à apprendre, qu’ils aient le souci d’une production de qualité, et sachent, petit à petit s’investir dans leur métier et leur territoire.

Deux stagiaires préfèrent reporter leur installation. Ils doivent mûrir leur projet, ou attendre une conjoncture plus favorable, nous respectons leur choix, et nous leur souhaitons bonne chance dans leurs projets à venir.

 

 

Repost 0
Published by FormaSel
commenter cet article